je communique

apprentissage de français
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 quelques poésies de Charles Baudelaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mlle elkhammar

avatar

Nombre de messages : 1
Age : 26
Date d'inscription : 08/01/2007

MessageSujet: quelques poésies de Charles Baudelaire   Lun 8 Jan - 17:03

L'ENNEMI


Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur?

- O douleur! ô douleur! Le Temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie!



CORRESPONDANCES


La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
- Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens
.





LA CLOCHE FÊLÉE


Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,
D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s'élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente!

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits,
Il arrive souvent que sa voix affaiblie

Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts,
Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts
.


Charles Baudelaire
Wink Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
quelques poésies de Charles Baudelaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le thème du voyage dans "Les Petits Poèmes en Prose" (Charles Baudelaire)
» Charles Baudelaire, "L'invitation au voyage"
» Charles Baudelaire : L'Albatros
» Les fleurs du mal, de Baudelaire.
» Comment travailler Baudelaire en OI? (4è)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
je communique :: ECRITURE POESIE-
Sauter vers: